Recherche

La loi de Pareto et les stocks (La Loi 20/80)

Written By Hicham DARIF on 23 juil. 2011 | 02:07

À la fin du XIXe siècle un statisticien italien, Pareto, étudiant la distribution des
revenus fiscaux, mettait au point des lois statistiques connues depuis sous le
nom de loi de Pareto. En simplifiant, on peut considérer que 20 % des bénéficiaires
de revenus, les revenus les plus élevés, représentent 80 % de la totalité
des revenus. On parle souvent aussi de loi 20/80 ou 80/20 ce qui revient
au même. 

Bien entendu les travaux de Pareto sont de nature statistique et ne
concernent pas seulement des revenus. Mais il se trouve que beaucoup de
phénomènes peuvent être représentés par des lois de ce type, et particulièrement
les stocks. 

Ce qui est important, chaque fois qu’on est capable de modéliser
un phénomène, c’est de savoir pourquoi on obtient tel type de modèle et
c’est ce que nous devons tenter de faire avec les stocks.
Voici par exemple, l’analyse de la consommation (en valeur) d’un stock de
1.000 articles techniques. Précisons qu’il s’agit ici d’un stock destiné à des
réalisations quasi industrielles d’assez grande technicité et non d’un stock de
produits de consommation.

Pour la réaliser, on trie les articles dans l’ordre des consommations (en valeur)
décroissantes. Puis on calcule les pourcentages d’effectif cumulé et de
consommation cumulée pour chaque article (tableau 4.1 et figure 4.2).
On constate que 11,85 % de l’effectif des articles ont une consommation
cumulée qui représente 79,85 % de la consommation totale. On est un peu en
dehors des stocks classiques pour lesquels on a plus souvent un rapport du
type 20/80 ou approchant. On peut donc se demander pourquoi on a un tel
résultat pour ce stock et, plus généralement, pourquoi l’on trouve des lois de
Pareto dans l’analyse de beaucoup de stocks.
On parle d’analyse ABC car on attribue un code « A » aux articles les plus
consommés, un code « C » aux moins consommés et un code « B » aux autres1.



À la recherche d’un modèle de représentation de la répartition en valeur des articles d’un stock :
Si quelques articles représentent une part importante des consommations en
valeur, c’est soit qu’ils sont particulièrement chers, soit qu’ils sont particulièrement
consommés ou, mieux encore, qu’ils sont les deux à la fois. L’analyse
ABC ne permet pas de séparer ces deux aspects qui sont pourtant tout à fait
différents. Il peut donc être utile de procéder à trois analyses ABC
différentes : une analyse ABC du catalogue (sur les prix unitaires), une
analyse ABC des consommations en quantité, même si ces unités de quantité
ne sont pas homogènes et l’analyse ABC classique sur les consommations
en valeur. Voici, toujours pour les mêmes articles, la courbe de Pareto
du catalogue, analyse réalisée uniquement à partir des prix unitaires sans
tenir compte des consommations (figure 4.3). On pourrait objecter que les
pourcentages en ordonnée qui représentent des pourcentages du total des
prix n’ont pas grand sens car ce total des prix ne représente rien. L’analyse
nous montre cependant à quoi ressemble la répartition des prix de ces articles
indépendamment de leur consommation. On est tout à fait dans la loi
des 20/80 car 18,27 % des articles représentent alors 79,93 % de ce total
cumulé des prix.


On peut de la même façon représenter l’analyse ABC des consommations de
ces mêmes articles en quantité et sans tenir compte de la valeur des articles
(figure 4.4). Ce total de nombre d’articles consommés est là encore tout à fait
hétérogène, mais il nous permet de voir à quoi ressemble la répartition des
consommations de ces articles indépendamment de leur prix. Il faut cependant
prendre garde que l’analyse peut se trouver tout à fait modifiée si l’on change
les unités de gestion. Ainsi un touret de câble de 600 mètres peut être géré
au mètre, soit 600 unités, ou au touret (1 seule unité). La place de cet article
risque de ne plus être du tout la même dans l’un et l’autre cas. Ce type
d’analyse est donc à considérer avec beaucoup de prudence, contrairement
aux analyses de consommations en valeur qui, elles, correspondent directement
à une approche économique.

On voit dans cet exemple que la courbe de Pareto est encore plus accentuée
et que le phénomène prend une très grande importance.
C’est le produit de ces deux phénomènes qui nous explique la forme relativement
accentuée de la courbe de Pareto de notre exemple avec une prédominance
de la répartition des quantités dans l’explication du phénomène.


Dans l’exemple précédent, on peut voir comment la combinaison du prix et de
l’importance des consommations tend à diminuer l’importance du phénomène ;
on a représenté sur le tableau 4.2 le nombre d’articles ayant un prix fort,
moyen ou faible et une consommation importante, moyenne ou faible et l’on
voit que les catégories extrêmes ne se combinent pas entre elles de telle sorte
que les effets de catalogue et de consommation ne se multiplient pas l’un par
l’autre :


On notera que le rapport de l’échelle des consommations est supérieur à 1/500
alors que le rapport de l’échelle des prix est supérieur à 1/10.
On aurait pu penser que la distribution type de Pareto résulterait simplement
de la distribution des consommations des articles par rapport à l’échelle de
leur prix. 
Si, par exemple, les articles se répartissaient également autour d’un
prix moyen selon une distribution normale, on pourrait penser que l’effet des
prix les plus élevés d’une part et celui des prix les moins élevés sur des quantités
comparables d’autre part provoquerait une certaine dissymétrie de la
répartition des articles en valeurs de consommation. C’est exact mais insuffisant
pour expliquer une distribution de Pareto. L’explication est en réalité
triple :

– l’effet combinatoire décrit ci-dessus ;
– une dissymétrie très forte dans les consommations en quantité ; c’est le
phénomène principal de notre exemple et qui s’explique par la spécialisation
du stock pour une utilisation technique déterminée ;
– une dissymétrie dans la répartition des coûts des articles.
Cette dernière dissymétrie s’explique. On peut résumer l’explication par la
formule suivante : « les articles les plus chers sont aussi très chers ». Un article
peut être cher pour plusieurs raisons :
– parce qu’il est d’un degré de complexité (de réalisation) plus grand qu’un autre,
– parce qu’il fait appel à des ressources rares (et donc probablement chères),
– parce qu’il est peu consommé en général et donc n’est pas produit de façon
industrielle à coût réduit.

Ces trois causes ne sont pas indépendantes. La cherté peut expliquer une part
de la faible consommation. On prendra garde cependant qu’un article qui est
beaucoup consommé dans un stock peut être un produit de faible consommation
sur le marché des produits de ce type. La complexité de réalisation découlera
en général d’un degré de performance élevé et/ou d’un haut degré de
complexité intrinsèque. Dans les deux cas, la conception et la réalisation du
produit font appel à des ressources rares. Le coût d’obtention de ce degré de
complexité et/ou de performance n’est pas proportionnel au degré atteint. On
sait depuis Ricardo1 que l’on se heurte alors à ce qu’on appelle « la loi des
rendements décroissants » et que plus l’on va loin vers la performance, plus
le coût augmente, cela bien plus que proportionnellement.

1 commentaires:

ines a dit…

Merci pour vos efforts, mais svp mettez le nom complet de l'auteur.

Enregistrer un commentaire

Libellés :

4PL 90 minutes Enquête ABC ACME Acting auditions disney channel Ads Affiliate Alimentation Aliso Viejo Realtor Analyse ABC Analyse de stock Analyse des Flux APS Assessing career Assistant Salary Audition for disney channel show Australia B2B B2C Bad Investment BBB BBB online Best deals Better Business Better Business Bureau Billboard Promotions Blah d Blah bolloré logistique Boutique des livres Bright Assessing Building traffic bullwhip Business Business arena Business insurance Business management approaches Buying houses CA CBIP CCENT CCIE CCNA CCNP Chauffards Chicken noodle Child Health Insurance Ciblage CNA Coaching Compétitivité Logistique Concept Concept de marketing CONCEPT DE SUPPLY CHAIN Contrôle du stock Coordonner Coupon Create Something CRP CTs Définition chaine logistique Définition de Supply Chain Définition du Logistique Définition du Stock Développement de produits Disney channel Distribution DRP DUI insurance E-business E-commerce E-marketing Earn money while not having to abandon their own families behind Ecole de Toyota Ecoles logistique ECR EDLP Education Electric Electric Generator Email logistique Maroc EMP Emplacement en magasin Energy Broker Energy Consultant Engineering Engineering Materials English Enjeux Distribution Enquêtes Entrepôt Entreprises ERP ESLI Etude de marché Eyeglass Chain Family Flow shops Flux Fm logistique Foncière europe logistique Formation Logistique Gestion Gestion du Production Gestion du stock Gestion du Transport Gestion marketing Get Twitter Followers Glasses Chains GMAO GMS GPAO Graphic design Graphic design in London Guru Product Blueprints Higher Conversion Rates Historique du marketing Home Jobs Hospital How How to get followers en twitter How to Get More Twitter followers HR Duties Human resources human resources salary id logistics ID LOGISTICS France Increase Followers Increasing Sales Innovation Insurance Insurance Plans insurance policies Intelligence Internet Marketing Interview Investment Job Job Hunters Job obligations Job shops Just In Time Juste à temps KANBAN KARIM GHELLAB Kid's Kids Kyle and Carson Wealthy Affiliate La chaîne logistique La méthode SCOR Lactalis logistique Le coût logistique Leadership programs alabama Learn Life Life insurance Link Building Services Livraison Livres Logistique Livres Supply Chaine Livres Transport Logistique Logistique de marchandises Logistique def Logistique ebooks Store Logistique Email logistique france mail Logistique industrielle Logistique Mail Logistique Maroc Logistique maroc mail Logistique Militaire Logistique urbaine Logistique video Loi 20/80 Magnetic Magnetic Motor Magnetic Motor Electric Generator Management Manager Mangement Video Manutention Marketing Marketing Guide Marketing-Mix Maroc Logistique Maroc Logistique Adresse Master Matt Bacak Mauffrey Mécanismes de régulation de Stockage Media Medical Medical Examiner Méthode ABC Metiers Logistique Million MLM MLM Success Mobile marketing Motor MRIs MRP Mutualisation logistique Network Online business Online marketing Optimisation de stock outbound flow Overstock paradigme Pareto Pharmacy Phlebotomist Picking Programs Pièces de Rechange Pilotage de stock Pilotage des flux Piloter Planifier Plate forme Positionnement pre school teacher salary Pro Resume Writing Production Professional Professional seo company Purchase QCD Qualité Quality Quality contents Radiologist Real wealth online Réduire le stock Régression logistique Réseau de flux Reverse logistics Sales SCM Search engine optimization company Secrets Sécurité routière Segmentation Self-assurance Selling houses SEnuke XCr SEO SEO copywriting SEO copywriting rates SEO copywriting services Site maps Software customer support SPC SR22 Steven Gérard Sticky-ness Stock Stock d’anticipation stock mort ou obsolète stock spéculatif Stockage Stocks de sécurité Strategic Strategie marketing Study Study In Australia Successful advertisement Suivi de stock Super affiliate Supply Chain Supply Chain Council supply chain d’ACME Supply Chain management sur-stocks The tricks of having a good purchase TOYOTA TOYOTA Logistique TOYOTA Management TOYOTA Transport TPM TQC Traffic Training Transport Twitter Vendor Managed Inventory Video Video Transport Logistique VMI What What is hvac WIP Work at home Work from home jobs Writing X-ray graphic Youth leadership programs alabama